Cet article a pour objectif de répondre à la question suivante « Haut potentiel : comment savoir ? »

Il fait partie d’une synthèse des questions abordées lors du webinaire Psychologie du Haut Potentiel. Ce webinaire a été présenté gratuitement le 24 juin 2021 par les éditions De Boeck, Mensa et Oct-Opus Formations, à l’occasion de la sortie du livre phénomène  «Psychologie du haut potentiel » dirigé par Nathalie Clobert et Nicolas Gauvrit, disponible dans toutes les bonnes librairies.

Pour préparer ce webinaire, 20 questions ont été sélectionnées parmi celles proposées par les spectateurs en amont.

psychologie du haut potentiel, haut potentiel et qi hétérogène

Haut potentiel : comment savoir ? Tests ? Questionnaires ?

Cet article reprend la synthèse de la réponse apportée par Catherine Cuche à la question 04 posée lors du webinaire :

Question 04 : 


Catherine Cuche est docteure en sciences psychologiques, thérapeute familiale et enseignante en psychologie dans la Haute Ecole de Bruxelles-Brabant et à l’Université de Louvain.

Les capacités cognitives au centre du haut potentiel

Pour illustrer son intervention, Catherine Cuche présente le modèle synthétique du haut potentiel intellectuel dont elle est à l’origine (Cuche, 2014)



Comme indiqué dans ce modèle, le centre du haut potentiel reste « les capacités intellectuelles qui s’écartent significativement de la norme ».


Aucune différence à d’autres niveaux (individuel, environnemental, …) n’est directement associée au haut potentiel selon la recherche.

Les seules différences qui peuvent émerger et être soulignées sont celles qui ont un lien direct avec le domaine cognitif. C’est donc le test psychométrique qui permet d’identifier un haut potentiel intellectuel.

Ici, Catherine Cuche rejette implicitement certains propos d’auteurs et autrices qui affirment pouvoir identifier un haut potentiel uniquement par l’observation clinique.

Haut potentiel : des questionnaires ?

En ce qui concerne les outils autres que les tests d’intelligence (grilles ou questionnaires) ils ne permettent pas aujourd’hui d’identifier un haut potentiel mais ils peuvent permettre de mettre en avant des indices de la précocité intellectuelle.

Même si les seuls outils permettant d’identifier un haut potentiel intellectuel restent les tests d’intelligence (dont la psychologue préconise d’utiliser une batterie, plutôt qu’un test unique),

les autres outils restent pertinents mais pour « contextualiser » le fonctionnement de la personne : 


A retenir :
– l’unique critère qui permet d’identifier un haut potentiel est l’écart significatif à la norme dans les capacités intellectuelles ; 
– le seul outil permettant une identification du haut potentiel est le test d’intelligence (notamment les tests de Wechsler) ; 
– d’autres outils sont recommandés mais n’ont pas fonction d’identification, 
– il est important de déterminer avec le jeune ou l’adulte ses besoins et d’ouvrir les perspectives d’accompagnement. 


La synthèse des autres articles concernant le haut potentiel est disponible sur cette page.

Nos formations et webinaires sur le haut potentiel sont disponibles en suivant ce lien : Accéder aux interventions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.