Dans l’article, le parti est pris d’utiliser le jeune ou l’enfant au masculin pour définir l’enfant, l’adolescent.e, fille comme garçon, ou jeune non binaire.

Les symptômes du trouble déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité s’observent dans le comportement du jeune ou de l’adulte et sont de deux types : [inattention], [hyperactivité et impulsivité].

Le TDA/H peut donc avoir une des deux composantes, ou les deux.
On parle alors de trouble à dominance inattention, trouble à dominance hyperactivité et impulsivité ou trouble mixte.

On peut donc présenter un TDA/H sans montrer d’hyperactivité dans son comportement de tous les jours.

C’est la raison de la petite barre dans le choix du sigle : on peut présenter, ou non, une hyperactivité en lien avec le trouble.


Présentation des symptômes chez l’enfant, le jeune

Les symptômes du TDA/H sont aujourd’hui bien connus et peuvent être observés par la famille ou les intervenants. Dans le DSM-5, le TDA/H est classé dans les troubles du neurodéveloppement : les manifestations du trouble sont généralement observables dès le plus jeune âge, soit avant 6 ans et s’expriment dans plus d’un environnement (par exemple, à la maison ou à l’école, à l’école ou dans les activités sportives, etc.)

Reconnaître les signes d’inattention chez l’enfant et le jeune

Comment reconnaître des signes d’inattention ?

Reconnaître les signes d’hyperactivité et d’impulsivité chez l’enfant et le jeune

Quels sont les principaux signes d’hyperactivité et d’impulsivité ?

Ces manifestations du TDA/H peuvent avoir des conséquences directes comme des difficultés dans les apprentissages scolaires, dans les échanges et interactions avec les autres enfants ou les adultes et des difficultés à respecter le cadre et les règles (jusqu’à des troubles du comportement).


Quels sont les troubles qui peuvent être associés au TDA/H chez l’enfant et le jeune ?

Il est important de noter que les troubles qui peuvent être associés ne sont pas systématiques et ne se retrouvent pas chez tous les jeunes. On parle de comorbidités, et si les symptômes ne sont pas dus directement au trouble déficit de l’attention, ils peuvent lui être fréquemment associés :


.

2 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.